Projets Plus Actions » Ecovolontariat au Bénin
Stephanie mirielle. It ensures progressive Ha Ha Clinton-Dix Jersey, Interactive consent and communication with participants by fliers and business cards as well as novel online toolsThrough online tools, members can: Manage their consent concerning subprojects; Restrict the use of web data in different studies; Determine the extent to they will receive follow up contact and updates; And opt out of your initiative olivier vernon jersey. CuraRata aims to use novel IT systems to use pooled clinical personal information and biomaterials and to link clinical and research data. The aim is to develop professional quality health care provision that is innovative and affordable by encouraging participant involvement. It is essentially a personalized medical approach, And the process is dependent on active patient participationThrough the Home Care interface patient is able to obtain access to healthcare via his or her own electronic patient file from home or from work vikings custom jersey. It has continued to evolve a platform for crowd sourced health science whitney mercilus jersey, Enabling groups to operate open health studiesIndividuals can share both genomic and phenotypic documents and opt in to clinical trials Micah Hyde Jersey. final results are open to the public Antonio Brown Jersey, Both as raw data and in a tailored online genome browser. It publicizes the memories of genetic testing and has an educational purposeVolunteers and collaborators can use the sequence data to develop new tools for exploring genetic data. It hinges on open, Unencumbered standards and integrates health information across sites of care and over timeThe permanent medical record resides with the patient, Who can grant access permissions to bodies, doctors, people and other users of medical information.

Ecovolontariat au Bénin

Depuis 2017, nous proposons  des missions d’écovolontariat au Bénin

Si vous adhérez aux valeurs et aux causes que nous défendons, si vous souhaitez contribuer à la préservation de la faune et de la flore au Bénin si vous êtes désireux de vivre une expérience différente, ces missions écovolontaires sont faites pour vous!

DSC00131
Ecovolontaire plantant un gmelina à Tanguiéta au Nord-Ouest du Bénin

Pourquoi partir avec nous ?

  • Pour avoir la chance de découvrir un petit pays remarquables
  • Pour découvrir la région d’Abomey au sud  et/ou la région de Tanguiéta au Nord-Ouest du Bénin
  • Pour découvrir des cultures uniques au monde
  • Pour œuvrer à la restauration et à la protection de forêts remarquables, la forêt de la Lama et celle de Lokoli.
  • Pour comprendre les enjeux environnementaux et sociaux de cette région en développement,
  • Pour partager le quotidien de béninois et créer des liens d’amitié très forts,
  • Pour vivre une déconnexion avec votre vie quotidienne et un ressourcement

Ou parce que vous en avez marre de vivre dans l’illégalité 😉 En effet, la charte de l’environnement présente dans la Constitution française rappelle que l’environnement est le patrimoine commun des êtres humains et que « toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l’amélioration de l’environnement ».

agissons-nous ?

Depuis 2006, nous agissons dans la région d’Abomey au sud du Bénin au côté de notre partenaire Andia et au nord-ouest, dans la région de Tanguiéta

Carte Bénin

 

Pourquoi nous engageons-nous sur ces terrains ?

Au nord-ouest du Bénin, la zone est en voie de sahélisation. Les pluies sont moins fréquentes et moins abondante.

La zone abrite le parc de la Pendari, renfermant une biodiversité faunistique et floristique remarquable. Le couvert forestier, hors de cette zone est fortement menacé par les coupes d’arbres. Les femmes les commercialisent sous forme de charbon, mais aucun reboisement n’est effectué.

Les champs sont souvent pratiqués en monoculture et n’abritent que très peu d’arbres (A part quelques  fruitiers). Il s’en suit également une perte importante de la biodiversité.

Dans la région d’Abomey, il reste 2 forêts remarquables : La forêt de la Lama et la forêt Lokoli (Forêt marécageuse).

La forêt de la Lama est gérée par l’état béninois. Ceinturé de plantation de teks, le noyau central encore ‘primaire’ a subit des agressions dues au braconnage. Nous travaillons à sa restauration;

La forêt de Lokoli n’est pas gérée par l’état et nécessite des mesures rapides pour sa protection. Il est urgent de la délimiter, de faire un inventaire des espèces et de prendre des mesures concrètes de protection en collaboration avec les populations locales.

 IMG_0123Trouver le singe à ventre rouge sur cette photo !

Que faisons-nous concrètement lors de ces missions ?

Ces missions sont coconstruites avec les écovolontaires. Aucune mission ne ressemble à une autre. Nous partons des attentes et des possibilités des écovolontaires et nous les mettons en lien avec les possibilités et les besoins locaux.

Ainsi, la durée est à définir, de même que le contenu des missions. Il est possible de ne rester que sur une zone ou d’allez dans les deux. Il est possible d’intégrer du temps de découvertes culturelles, de participer à la plantation d’arbres, de faire du comptage d’espèces, etc…

Chaque mission est unique, c’est la vôtre !

DSC00135Ecovolontaires en mission en 2017

Comment vivons-nous sur le terrain ?

  • Là encore, il s’agit de choix partagés entre les souhaits des écovolontaires et les possibilités locales. Il peut s’agir d’hôtels confortables ou de logement chez l’habitant.

Qui sont les volontaires ?

Toutes les candidatures, de tous âges (à partir de 18 ans, ou moins si accord des parents), toutes compétences et toutes nationalités sont les bienvenues, sans la moindre discrimination.

« Seuls l’envie, l’enthousiasme et la motivation comptent »

Aucun bagage scientifique particulier n’est demandé ni aucun diplôme pré-requis.

Les seules exigences sont que vous soyez :

  • contrôlé par un médecin avant le départ afin d’assurer une bonne forme physique
  • capable de parler le français ou l’anglais
  • souriant(e) et agréable à vivre

Comment partir ?

Si vous êtes suffisamment curieux et intéressé pour partir en mission, vous pouvez nous contacter afin d’échanger dans un premier temps sur vos attentes et de voir s’il est possible de vous proposer une mission qui y réponds ainsi qu’aux besoins locaux.

Jean-Marc Civiere

jciviere@projetsplusactions.org

01 30 38 10 74

06 21 06 14 78